___________________________________________________________________________________

ÉDITO 2014

Accepter l’énigme d’un film, c’est s’en délecter. Un acquiescement que provoquent la profondeur d’un personnage, un jeu d’acteur ou le piquant des dialogues. Le spectateur apprécie de regarder s’assembler les éléments et de voir ainsi se reconstituer le puzzle. Un puzzle dont le motif évolue (il s’agit de l’histoire) et dont l’aspect des pièces donne le caractère (il s’agit de la forme).
Mettre la forme à l’honneur et savoir quitter le cadre conventionnel du scénario, c’est ce que propose le festival Images Contre Nature.
Une fois franchi le pas, les inventions plastiques sont nombreuses. Au vocabulaire déjà existant -plongée, contre-plongée, champ, hors champ, contre-champ, travelling ou gros plan- s’intègrent le texte, les aplats de couleurs, les incrustations, les superpositions, la coloration, la décoloration ou le travail de la ligne. Le montage joue de la boucle, de la cassure et de l’image syncopée. Il est permis de détourner les films des autres, de leur rendre hommage, d’être drôle, poétique, politique, très long ou très court.
Des pratiques étonnantes, déroutantes dans lesquelles les productions télévisuelle et cinématographique viennent puiser allègrement. « Sans dévier de la norme, le progrès n’est pas possible. » Frank Zappa
H.B.